Myélome

Myélomes

Qu'est ce que c'est ?

Le myélome est un cancer de la moelle osseuse, l’usine de production des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes qui survient le plus souvent après 50 ans. Le myélome a bénéficié d’une totale révolution thérapeutique au cours des 10 dernières années. Aujourd’hui, le myélome est une maladie chronique pour laquelle les rechutes sont prises en charge par des médicaments innovants, toujours plus efficaces.  

Quels sont les symptômes ?

Le myélome est un cancer de la cellule qui produit les anticorps (plasmocyte) et qui se localise à l’intérieur de la moelle osseuse, c’est donc un cancer de la moelle osseuse. Le myélome, quand il survient, va donc avoir des conséquences liées l’infiltration tumorale de la moelle : baisse de la production des globules rouges et des plaquettes.

Les os (colonne vertébrale, bassin, côtes, crâne, fémurs…) qui contiennent cette moelle osseuse devenue cancéreuse à cause du myélome sont lésés et peuvent donner des fractures et des douleurs.  

Le myélome produit souvent un anticorps anormal qui peut endommager la fonction du rein.

Comment le diagnostiquer ?

Quand votre hématologue suspecte un myélome, un examen de la moelle osseuse (un myélogramme) est réalisé immédiatement après la consultation après application d’un patch anesthésiant pour endormir la peau. Après cet examen simple et rapide, vous allez directement au laboratoire pour réaliser les examens indispensables au diagnostic. Il prescrit un examen d’imagerie qui peut être une IRM, un PET scanner (on injecte un traceur radioactif sans danger qui se fixe sur les cellules cancéreuses du myélome qui permet d’explorer le squelette dans son ensemble). Si l’hématologue suspecte une atteinte osseuse mal située (on redoute en particulier les atteintes de la colonne vertébrale à proximité de la moelle épinière pouvant laisser des séquelles), il organisera un examen d’imagerie le jour même avec nos radiologues partenaires.  

Comment se traiter ?

La décision de traitement d’un myélome est toujours collégiale et votre dossier est présenté à l’ensemble des médecins hématologues d’Haimatos en réunion de consultation pluridisciplinaire. L’objectif est de vous donner un avis d’expert au plus près des dernières recommandations scientifiques. Le type de traitement dépend de l’étendue du myélome, de sa gravité, de votre âge et de vos antécédents et est donc personnalisée. 

Le myélome ne se guérit pas, il s’agit d’une maladie chronique pour laquelle on doit changer plusieurs de traitements au cours de la vie pour pouvoir la contrôler.

Le traitement dépend de l'âge du patient

Les patients de moins de 65 ans

Les patients de moins de 65 ou 70 ans vont avoir l’administration couplée d’une immunothérapie administrée par voie sous cutanée (un anticorps fabriqué au laboratoire pour détruire le plasmocyte, la cellule cancéreuse du myélome), une thérapie ciblée (un traitement qui détruit un des mécanismes de fonctionnement de la cellule cancéreuse ou, par exemple, la façon dont elle se nourrit ou se divise) sous forme de comprimés et d’injections sous cutanées pendant 3 à 4 mois, ces traitement sont administrés en ambulatoire et ne nécessitent habituellement aucune hospitalisation.

Une fois cette phase initiale terminée, on propose une autogreffe de cellules souches, c’est-à-dire une chimiothérapie de forte intensité qui va détruire totalement la moelle osseuse et les cellules cancéreuses résiduelles qui auraient résisté au traitement initial. Ce traitement nécessite une hospitalisation de 3 à 4 semaines en soins intensifs d’hématologie. On réinjecte au patient sa propre moelle osseuse si bien qu’il n’y a de risque de rejet. Cette procédure donne actuellement encore les meilleurs résultats sur le long terme. Un traitement sur plusieurs années sous forme de comprimés est proposé par la suite, il permet de donner du temps avant la rechute. Ce traitement permet d’obtenir une rémission de plusieurs années dans la grande majorité des cas, et donc de retrouver une vie normale. Une rechute du myélome est inéluctable et d’autres médicaments sont alors proposés.

Les patients de plus de 65 ans

Les patients de plus de 65 ans ne reçoivent pas d’autogreffe, qui est une procédure trop lourde passé un certain âge. Ils bénéficient toutefois des mêmes traitements que les plus jeunes, à savoir l’administration d’une immunothérapie et d’une thérapie ciblée en comprimés. Les 6 premiers mois de traitement nécessitent des passages réguliers en hôpital de jour, passé cette période la charge en soins diminue notablement.

Une fois cette période initiale passée, l’hématologue diminue le nombre d’injections et le traitement en comprimés est adapté au cas par cas.

Les médicaments innovants du myélome

Un nombre important de nouveaux médicaments prometteurs sont en cours de développement, leur accès est favorisé chez tous ceux qui en ont besoin dans le cadre d’essais cliniques ou d’accès précoce.